femme se collorantLes colorations capillaires sont cancérigènes!

En avril 2011, c'est le magazine 60 Millions de Consommateurs qui a remis en cause (chiffres à l'appui) les colorations capillaires. Les conclusions font froid dans le dos et invitent à s'arracher les cheveux! Cancer de la vessie, eczéma, inflammation des yeux, des paupières et des muqueuses, ou troubles respiratoires sont au menu des désagréments possible. Face aux avertissements des spécialistes de la peau, la branche des allergologues-dermatologues s'inquiète, mais les autorités sanitaires restent sans réaction.

Du poison dans les cheveux

La grande majorité des teintures capillaires sont d'origine chimique, donc toutes potentiellement toxiques, et les composés qu'elles renferment semblent être à l'origine de nombreux effets secondaires. Sur les 18 teintures capillaires testées par l'Institut national de la consommation, 17 d'entre elles ont révélé la présence de substances extrêmement toxiques et l'une d'elle contient jusqu'à 15 ingrédients connus pour leurs toxicités avérées, comme par exemple le formaldéhyde (classé au tableau des substances cancérigènes), l'ammoniaque, le paraphénylènediamine, le toluène-2,5-diamine-sulfate, 2,2-methylènebis-4-aminophenol HCI, etc.

Le cancer de la beauté

La chevelure brillante, le cheveu soyeux et gainé, une certaine profondeur dans le pigment, des reflets chatoyants : voilà les critères esthétiques derrière lesquels courent toutes les femmes qui ont recours à la coloration capillaire. Car la chevelure ne se présente pas seulement comme un attribut de charme de première instance. Les cheveux sains et brillants sont aussi un gage manifeste de jeunesse et de santé. À présent, en mettant le cancer de la vessie à la 11e place des cancers en Europe, les statistiques viennent noircir le tableau. Les statistiques annoncent également que ce cancer survient en majorité avant 64 ans et les causes environnementales apparaissent donc comme les premières responsables ! Officiellement, c'est la fumée de cigarette qui est incriminée, mais cette dernière à bon dos en matière de cancer. Aujourd'hui, les doigts se pointent vers les composés chimiques présents dans les colorations capillaires.

Moins toxiques chez le coiffeur!

La problématique semble bien plus accentuée pour les colorations à faire soi-même, pour lesquelles la loi autorise des concentrations bien plus fortes que dans les colorations utilisées chez les coiffeurs. En effet, cette limitation dans les produits professionnels a pour but de protéger la santé des praticiens qui manipulent ces substances à longueur de journée. En revanche, la consommatrice qui se débrouille seule avec sa coloration est censé l'utiliser au maximum une fois par mois. En Europe, au moins 50% des femmes ont régulièrement recours à l'auto-application de leur coloration capillaire. Parallèlement, on note chez les coiffeuses un taux de cancers du sein 10% supérieur au reste de la population féminine.

Les cancérologues doutent, les allergologues dénoncent!

Même si le CIRC (Centre international de Recherche sur le Cancer) n'a jamais tranché en faveur d'un classement comme cancérigène de classe 1 pour certains composés chimiques spécifiques aux colorations capillaires, d'autres organismes comme l'INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité au travail) produisent des rapports (études à l'appui) à l'adresse des professionnels de la coiffure faisant mention d'une hausse des cancers de la vessie dans cette filière professionnelle très exposée. Si les experts ne sont pas tous d'accord, les allergologues-dermatologues, qui sont au premier rang des observations, rapportent des cas impressionnants de réactions allergiques immédiates et retardées comme des brûlures chimiques du cuir chevelu, des eczémas, des inflammations des yeux, des paupières, des muqueuses, des troubles respiratoires et des chocs.

Impossible de se passer de coloration?

La fibre écologique permet à bien des femmes de se passer de telles substances, à la fois pour l'environnement et pour leur santé. Cependant, les dictats esthétiques incitent de nombreuses autres à recourir aux colorations chimiques. Les conseils les plus avisés consisteront donc à ne pas utiliser de coloration à faire soi-même, bien plus toxiques que celles effectuées dans un salon de coiffure. Aussi, espacez le plus possible les colorations en acceptant un ou deux mois de plus l'apparition de cheveux blancs. Gardez la coloration pour les grandes occasions de l'année et cacher les chevelures ternes en investissant plutôt dans le coiffage en faisant preuve d'originalité. Pour conclure, il existe aujourd'hui de nombreuses colorations naturelles aux formulations propres de toute chimie. Même si leur brillance et leur couvrance ne sont pas encore en mesure de régler toutes les dissonances esthétiques, ces produits constituent une saine alternative!

Source:
www.guerir.org
60 Millions de Consommateurs, avril 2011, n°459

Mise en ligne le 09 septembre 2011