bebe heureuxla peau des bébés

La peau des bébés relève du mythe ; l'expression consacrée « avoir une peau de bébé » évoque la perfection, mais cette perfection cache une extrême fragilité ! Après sa venue au monde, le nourrisson est sans défense au niveau cutané. Sa peau va connaître une constante évolution, tous les mécanismes physiologiques cutanés (tissu épithélial, tissu conjonctif, film hydrolipidique, système immunitaire cutané, etc.) étant en cours de maturation.
La peau est l'organe le plus important en poids et en taille chez un bébé. Proportionnellement, sa surface est cinq à dix fois plus importante que chez l'adulte.

Aucun bouclier de défense

Le film hydrolipidique, élément totalement sous-estimé, joue pourtant un rôle central en matière de protection de la peau, notamment contre la déshydratation. C'est lui qui empêche les molécules d'eau contenues dans l'épiderme (NMF) de s'évaporer, sans aucun contrôle, dans un mécanisme naturel de la peau que l'on nomme « la perte insensible en eau » ou (PIE). Il s'agit d'une évaporation naturelle et constante de l'eau contenue dans la peau qui participe au mécanisme de régulation thermique du corps (transpiration et perspiration).

Le film hydrolipidique est à la peau ce que le bouchon est à la bouteille. Les bébés en sont quasi dépourvus, devront patienter jusqu'à l'âge de deux ans avant que ce film soit capable de remplir les nombreuses et importantes fonctions qu'il remplit chez l'adulte.

Quand le film hydrolipidique est en place, la peau est protégée même en cas d'exposition aux agressions extérieures (vent, froid, soleil, climatisation). C'est la raison pour laquelle on doit éviter d'exposer les bébés à ces facteurs. Pour exemple, aucune crème solaire ne sera plus efficace qu'une stratégie d'évitement durant les deux premières années de la vie d'un enfant.

L'eau c'est la vie, surtout pour bébé !

L'adage est on ne peut plus approprié pour les tout petits qui se déshydratent en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. La déshydratation a des conséquences que l'on ne soupçonne pas assez : inflammation cutanée, rougeurs, crampe, constipation, mal de ventre, mal-être, maux de tête, irritabilité, fatigue, etc. La soif, quand elle est ressentie, est déjà un signe que la déshydratation est avancée. L'organisme du bébé n'est pas encore capable de retenir l'eau, et boire de l'eau doit être pour l'enfant une seconde nature.

Les bombes rafraichissantes accentuent la déshydratation

Les bombes d'eau rafraîchissantes vaporisées sur le visage et le corps des bébés en cas de grosses chaleurs sont de fausses amies. Même si elles paraissent rafraîchir bébé (et maman) sur le moment, elles sont un facteur important de déshydratation cutanée. En effet, l'eau vaporisée s'évapore immédiatement avec la chaleur en emportant l'eau contenue dans l'épiderme de bébé (NMF). Il faut donc toujours sécher immédiatement la peau après chaque vaporisation (valable aussi pour la peau de maman).

Un épiderme trop frêle !

L'épiderme du bébé mesure environ 0,4 millimètre : quatre à cinq fois plus fin que l'épiderme d'un adulte (environ 2 millimètres) il est donc très fragile. L'épiderme adulte est constitué de cellules conjointes imbriquées les unes dans les autres un peu à la manière des tuiles d'un toit. Dans l'épiderme d'un bébé, les cellules sont très espacées, un peu à la manière d'un grillage, ce qui le rend totalement « perméable » et ouvert à tous les éléments capables de le traverser, comme les bactéries, les microbes, les virus, les moisissures, ou encore les produits chimiques.

Un derme trop fin !
Les glandes sudoripares (glandes de la transpiration) sont présentes et actives dans le derme de bébé, ce qui n'est pas le cas des glandes sébacées (sébum). Les fibres de collagène et d'élastine sont fines et rares.

L'hypoderme est généreux !
La couche profonde qu'est l'hypoderme va encore subir des transformations. La première année de la vie, il peut renfermer des adipocytes (cellules graisseuses) de grosse taille et présents en grand nombre, ce qui assure au bébé des réserves énergétiques importantes en cas de survie. Son épais manteau graisseux sert également de matelas de protection contre les petits chocs. C'est grâce aussi à un derme bien pourvu en cellules graisseuses que de nombreux bébés sont potelés et présentent bourrelets et double menton qui font tant craquer les adultes. Malheureusement, cet effet rembourré donne une fausse impression de solidité.

L'aberration chimique !
Au regard de ce bref descriptif, on comprend aisément, sans être ni médecin ni pédiatre, que l'enfant jusqu'à l'âge de deux ans est particulièrement vulnérable et que l'application de cosmétiques chimiques est une véritable aberration ! Pourtant les marques de cosmétique bébé les plus connues et les plus cotées du marché, comme Mustela, sont constituées de matières premières chimiques. Cette dernière comptabilisait, avant le scandale des parabens, plus de quatre parabens différents dans chaque produit pour bébé et certaines maternités conseillaient même leur usage de retour à la maison. Aujourd'hui les produits de cette marque ont été reformulés mais les remplaçants des parabens (toujours chimiques), bien que moins connus, n'en sont pas moins nocifs.


À toutes les mamans
La peau de vos bébés est une prairie vierge qu'il faut choyer particulièrement jusqu'à l'âge de deux ans. Aussi, limitez le nombre de cosmétiques, car il n'est pas utile d'en avoir une ribambelle pour satisfaire aux besoins de bébé. Sa peau étant très étendue, les risques de toxicité sont accrus, même s'ils ne sont pas visibles sur le champ. D'une façon générale préférez les huiles végétales bio aux crèmes classiques : avec un seul ingrédient, elles sont souvent dépourvues de conservateur et ne nécessitent que peu de manipulation, contrairement aux crèmes blanches. Les huiles supportent aussi mieux les variations de température et les milieux humides (salle de bain).

Évitez les eaux de toilettes et parfums en tout genre, même sans alcool, les excipients de ces derniers étant souvent plus toxiques que l'alcool. Si vous tenez néanmoins à parfumer votre bébé, choisissez impérativement des gammes bio et spéciales enfant. Portez les ongles courts et lavez-vous souvent les mains, mais à contrario limitez les bains de bébé.

Utilisez des savons simples pour la toilette de bébé et ne privilégiez pas les odeurs qui, de toute façon, sont fugaces. Enfin, évitez de mettre bébé sur une plage, même avec parasol et crème solaire, avant l'âge de deux ans. Comme la nourriture, ce que la peau absorbe passe directement dans le sang. Avant d'étaler quelque chose sur la peau de bébé demandez-vous si vous aimeriez qu'il le mange !

Mise en ligne 22 juillet 2011