bebeL'Assemblée nationale française veut interdire les parabens, mais pas le gouvernement !

La nouvelle fait rage tant elle est inattendue; en France, le 3 mai dernier l'Assemblée nationale a voté (236 voix contre 222) l'interdiction des substances chimiques dangereuses pour la santé. On a peine à y croire ! Effet d'annonce ou réalité, le texte de loi bien que très court a été voté en majorité par les députés UMP et l'opposition, mais contre l'avis du gouvernement français.

Il semblerait que la fabrication, l'importation, la vente ou l'offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkylphénols soient bientôt interdits. Ces perturbateurs endocriniens ont de graves répercussions sur la santé humaine : ils engendrent des malformations fœtales et induisent une baisse de la fertilité notamment chez les hommes.

Une tentative dans ce sens avait pourtant déjà été faite en avril dernier avec une proposition de loi immédiatement rejetée par la commission des affaires sociales. À ce jour, les phtalates sont largement utilisés dans les produits de consommation courante (plastique, vernis, peinture, parfums, cosmétiques...).

Les parabènes se trouvent en masse dans les médicaments, l'alimentation et les cosmétiques. Les alkylphénols quant à eux sont employés depuis 40 ans à hauteur de 500 tonnes par an dans les détergents, additifs de carburant, lubrifiants, polymères, composants des résines, pneus, adhésifs, revêtements, papiers carbone, caoutchoucs, parfums... Les phtalates sont déjà interdits dans les jouets pour enfants, mais il a malheureusement fallu quelques accidents mortels et de nombreux autres dommages pour faire passer cette loi.

Le Danemark a réagi depuis peu face à l'ampleur du problème en interdisant les parabens dans les cosmétiques pour enfants de moins de 3 ans. Mais comme l'Europe est plutôt favorable au maintien de l'utilisation de toutes ces substances dangereuses et que sa réglementation a force de loi en France, rien n'est encore gagné.

Si le gouvernement et les lobbyings industriels font pression sur les députés, ceux-ci risquent de se rétracter. Passé ce risque, il faudra également que l'Europe accepte cette particularité législative française. Si la mesure passe elle touchera directement la Suisse Romande dont le marché cosmétique provient en grande partie de la production française (l'Oréal est le n°1 mondial de la cosmétique) et dans ce cas, ce sont des milliers de produits (pharmaceutiques, industriels, alimentaires et cosmétiques) qui devront être reformulés. Nous sommes très heureux de la bonne nouvelle mais demandons tous à voir ! Affaire à suivre, sans aucun doute.


Mise en ligne le 12 mai 2011