La liste des ingrédients : un langage bien réglementé, mais inaccessible

Le seul moyen pour une consommatrice de savoir réellement ce que contient son produit cosmétique est de consulter la liste INCI des ingrédients. Par liste INCI comprenez : International Nomenclature of Cosmetic Ingredients. Elle est d'un intérêt majeur car elle permet de répertorier l'ensemble des matières premières qui constituent un cosmétique, qu'il soit traditionnel ou biologique.

Cette réglementation concerne tous les types de cosmétiques présents sur le marché européen. La réglementation INCI attribue un nom spécifique à chaque ingrédient. Celui-ci est ensuite enregistré sous la même appellation partout dans le monde, ainsi aucune confusion n'est possible. Néanmoins ces appellations sont loin d'être à la portée de tous.

En effet, les composés chimiques sont indiqués en anglais, les extraits naturels en latin ou en termes botaniques. Comment se douter par exemple que Prunus amygdalus dulcis désigne la simplette huile d'amande douce ? De plus, identifier une matière première ne suffit pas, encore faut-il, au-delà de la traduction, être à même de connaître sa fonction ou ses effets indésirables, ou savoir si elle est l'objet de suspicions sanitaires (démontrées scientifiquement ou non).

C'est donc encore la consommatrice qui doit faire preuve de curiosité et se mettre personnellement à la recherche de sites capables de la renseigner sur ce point. Mesure rassurante cependant, la réglementation oblige les fabricants à déclarer de manière exhaustive tous les ingrédients présents dans leurs produits.

L'ordre de la liste des ingrédients: une importance capitale

Il semblerait que la consommatrice doive se transformer en experte pour éviter les pièges du marketing ! Voici donc une grille de lecture qui vous sera utile pour déchiffrer au mieux les listes d'ingrédients.

Le plus important est de savoir que la liste des ingrédients a obligation de présenter les ingrédients dans l'ordre d'importance (du plus volumineux au moins volumineux). À noter que les 4 ou 5 ingrédients listés en premier constituent prés de 90 % du produit.

Ainsi une majorité de listes commencent par « aqua », rien d'étonnant lorsque l'on sait que l'eau est la matière première principale de presque tous les produits « blancs ». Les choses sont moins réjouissantes lorsque la liste commence par Paraffinum liquidium, ce qui signifie que le plus gros de la formule est constituée d'un sous produit pétrolier, la paraffine.

Les actifs sont en milieu de liste lorsqu'ils ont un volume suffisant pour jouer leur rôle d'actifs (c'est-à-dire + de 1%). S'ils sont en fin de liste, ils feront plutôt office de conservateurs (exemple : les huiles essentielles). Les derniers éléments de la liste entrent dans une catégorie spéciale appelée « les moins de 1% ». Cette catégorie décrit les conservateurs et les parfums, mais aussi les actifs.

Les « moins de 1% » de la liste des ingrédients = anarchie

La catégorie des moins de 1% présente une exception juridique ou plutôt un échappatoire juridique. En effet, les matières premières dont la concentration est inférieure à 1 % peuvent être mentionnées dans le désordre. Ainsi un actif dosé à 0,01 % peut être inscrit dans la liste avant un conservateur dosé à 0,99 %. Les pourcentages n'étant pas précisés dans les listes INCI (secret professionnel), il subsiste néanmoins une astuce pour nous aider à repérer où se situe la barre des moins de 1%.

En effet, la législation limite le dosage de certains ingrédients. Ainsi, un paraben ne peut excéder 0,4 %. En cas de mélange de plusieurs d'entre eux, la concentration maximale autorisée est fixée à 0,8 %. Le phenoxyethanol (solvant des parabens) est limité à 1%. Il suffit donc de les repérer dans la formule (s'il y en a) pour placer la barre des matières premières présentes à moins de 1%.

En ce qui concerne les colorants, ceux-ci sont toujours mentionnés en fin de liste quelle que soit leur concentration. Ils apparaissent sous l'appellation CI (index colorimétrique) suivie de 5 chiffres (ex : CI 77491 Red iron oxide). Là aussi un distinguo de taille reste à faire. Les CI dont les 5 chiffres commencent par 11, 21, 24, 26, 27 et 28 sont extrêmement douteux sur le plan toxicologique, car dérivés du goudron. Ils sont « normalement » interdits.

Les CI 10,40, 42, 44, 45, 47, 50, 58, 59, 60,61, 62, 69, 71, 73 et 74 sont pour beaucoup interdit aux Etats-Unis, mais bénéficient d'une autorisation restrictive en Europe qui est aussi valable pour le secteur alimentaire. Enfin, les CI 75 et 77 sont des colorants naturels extraits de minéraux et de plantes très bien tolères par la peau ; eux seuls sont utilisés en cosmétique et maquillage bio.

Dérogations spéciales et points faibles de la liste des ingrédients

Afin de respecter le secret industriel de fabrication du produit, les parfums et les arômes peuvent être regroupés sous l'appellation « Parfum et Aroma », exception faite des 26 substances parfumantes allergènes dont la présence doit être signalée.

Aussi, sous couvert du secret professionnel, certaines substances peuvent demander à être masquées sous un numéro spécial attribué sur demande dérogatoire (et très payante). Ainsi, des substances reconnues ou soupçonnées allergènes peuvent se dissimuler dans un produit.

D'autre part, ne sont pas mentionnées dans la liste certaines substances utiles au processus de fabrication, certaines impuretés provenant des matières premières elles-mêmes (souvent sources d'allergies), ou encore certaines substances techniques utilisées en quantité absolument indispensable comme les solvants.

Mise en ligne 15 avril 2011