naissance du bioNaissance (à grande échelle) de la cosmétique bio en France

Dans la rubrique « cosmétique naturelle » nous avons déjà souligné que le terme « naturel » est lui-même à l'origine d'une immense confusion de genre en matière de cosmétique puisque qu'il n'est ni légiféré ni protégé.

Néanmoins, il est pourtant l'initiateur d'une démarche qui contribue aujourd'hui à le dissocier radicalement des faux semblants (la chimie). Submergées depuis 40 ans par une cosmétique de faux et de vrai naturel, consommatrices et professionnelles y perdent à juste titre leur latin.

Ce sont donc les différents organismes et fabricants eux-mêmes, à titre individuel, qui se sont donc chargés d'élaborer des critères pouvant servir de référence aux consommatrices. Ainsi, au début des années 2000, les acteurs de la filière française (producteurs, fabricants, formulateurs...) qui produisent du « vrai » naturel, se sont regroupés pour s'interroger sur la manière d'acquérir une meilleure visibilité auprès des consommatrices et pour se différencier de cette cosmétique de « marketing duperie », faussement appelée « cosmétique naturelle ».

C'est ainsi que ce groupement de professionnels s'est rapproché d'Ecocert, contrôleur et certificateur validé par l'état français, possédant déjà 20 ans d'expertise dans le bio alimentaire. Un long travail commun a débouché sur l'élaboration d'un cahier des charges officiel de la cosmétique « écologique et biologique » en France.

La cosmétique bio a donc été, en quelque sorte, une manière de rebaptiser la cosmétique « naturelle » (la vraie), en lui offrant, cette fois, un cadre légal sans équivoque : cahier des charges, traçabilité, contrôles, certification, label.

Mise en migne 15 avril 2011